Le 24 septembre 2015 représente une date très importante pour la communauté musulmane du monde entier. En effet, ce jour sonne la célébration de l’Eïd el-Kebir, la fameuse fête du sacrifice qui dure trois jours, et qui marque notamment l’achèvement du pèlerinage obligatoire à La Mecque, le Hajj. L’Eïd el-Kebir commence au dixième jour de Dhû al-hijja, dernier mois du calendrier lunaire musulman.

Plusieurs noms pour une célébration

Étant donné que l’Islam est présent sur chaque continent, l’Eïd el-Kebir est appelé de différentes manières.

Ainsi, celle qui est considérée comme la fête la plus importante de la communauté musulmane est appelée Tabaski au Sénégal, en Guinée, au Mali, en Côte d’Ivoire, au Bénin, au Burkina Faso, au Togo, au Niger, au Cameroun, ou encore au Nigeria. En Éthiopie, elle est appelée Arefa.

Plus haut sur le continent, en Afrique du Nord plus précisément, l’Eïd el-Kebir est appelé par les Magrébins de tradition Amazigh « Tafaska ».

Les musulmans de Turquie quant à eux l’appellent « Kurban Bayrami »

Dans les Balkans, la célébration est appelée Kurban Bajram.

Enfin, en France, l’Eïd el-Kebir est connue sous le nom de « Fête du mouton ».

Les origines de l’Eïd el-Kebir

L’Aïd-el-Kébir commémore la soumission du Prophète Ibrâhîm (ou Issac selon les interprétations) à la volonté de Dieu lorsque celui-ci lui demanda de sacrifier son fils Ismaël.

Alors qu’Abraham était sur le point d’égorger l’enfant, l’Ange Jibril le remplaça par un mouton. C’est en souvenir de cet épisode qu’il est recommandé à chaque famille musulmane disposant des moyens financiers nécessaires de sacrifier un mouton, un bélier, une vache ou une chèvre.

Que font les musulmans le jour de l’Eïd el-Kebir ?

L’Eïd el-Kebir est un savant mélange entre joie et adoration de Dieu. Ce jour étant spécial, chaque membre de la famille se réveille très tôt pour faire les grandes ablutions, s’apprête de ses meilleurs habits et se parfume. Attention, il est recommandé de ne pas manger avant l’heure du déjeuner, plus précisément, avant de se rendre à la mosquée.

En effet, les hommes se rendent à la mosquée entre 8h15-8h30 et 9h00 pour la grande prière spécifique à cette célébration, guidés par un Imam.

Cette prière de l’Eid el-Kebir se distingue par l’absence d’appel à la prière. En effet, l’assemblée commence directement à prier lorsque l’Imam fait son entrée. La prière terminée, l’Imam fait le sermon, mais contrairement à celui du vendredi, il n’est pas obligatoire de l’écouter. Toutefois, ce sermon fait partie des traditions de cette célébration importante.

Les personnes qui sont resté jusqu’à la fin du sermon rompent l’assemblée par des embrassades : l’Eid el-Kebir est un moment fraternel, de pardon, de réconciliation !

Dans le même esprit, les familles invitent les voisins, partagent des douceurs autour d’elles, peu importe le degré d’amitié qu’elles portent à leur entourage : tout le monde participe de près ou de loin à cette célébration dans la joie et la bonne humeur.

La fête du mouton !

La tradition veut que le mouton soit sacrifié après la prière de l’Eid el-Kebir. Une partie de cette viande est donnée en guise d’aumône aux musulmans qui ne peuvent s’offrir un mouton. Si l’image du mouton égorgé dans la baignoire subsiste, il faut savoir que la règlementation est claire : le sacrifice doit se dérouler en abattoir !

Ce qui ressort de cette célébration religieuse, c’est l’esprit de partage, de fraternité qui émane de chaque croyant. En effet, en Islam, chaque pratiquant a pour obligation de faire le bien autour de lui, il s’agit ni plus ni moins d’un acte d’adoration. Par ailleurs, l’Eïd el-Kebir ne constitue pas la seule occasion de l’année de prouver son obéissance envers Dieu, chaque infime moment de la vie, mariage, naissance, travail, éducation, est une réalité une opportunité à saisir.

Aussi étonnant que cela puisse paraitre pour certains, l’argent fait partie des éléments mis à disposition par Dieu à l’adresse des croyants afin de faire le bien autour d’eux. En effet, en Islam, chaque denier est soumis à :

  • l’interdiction du « Ribâ » (l’intérêt et l’usure),
  • l’interdiction du « Gharar » et du « Maysir » (l’incertitude, la spéculation),
  • l’interdiction du financement d’activités « Haram » (alcool, porc, pornographie…)
  • le partage des profits et des pertes entre les différents intervenants,
  • le l’obligation d’investir dans l’économie réelle via des actifs tangibles.

C’est ce que l’on appelle la Finance Islamique, et en France, pour cela, vous pouvez compter sur NOORASSUR !

Découvrez la gamme NoorAssur de solutions Banque & Takafuls 100 % HALAL !

NoorAssur est une start-up française, spécialisée dans la Finance Islamique. Elle a ouvert sa première agence à Chelles (Seine-et-Marne), en Région parisienne. Ambitieuse, elle s’est fixé pour objectif d’ouvrir une vingtaine d’agences supplémentaires dans l’hexagone en 2016 !

NOORASSUR : 1er réseau de conseillers banque-assurance islamique de France, répond à vos objectifs :

& la gamme NoorAssur de TAKAFULS :

  • NOOR santé (TAKAFUL complémentaire santé  individuelle)
  • NOOR santé sénior (Takaful complémentaire santé sénior)
  • NOOR santé Entreprise & Association (TAKAFUL complémentaire santé, assurance collective)
  • NOOR HAJJ Protect (Takaful annulation voyage & assistance du pèlerin)
  • NOOR(Takaful, rapatriement du corps dans le pays d’origine)

NOORASSUR a confié le contrôle et la certification de sa gamme de solutions Banque & Assurance islamiques à d’éminents savants. Ces Shuyukh sont internationalement reconnus dans le Fiqh al-mu’âmalât, la Finance et le droit français.

Si vous n’avez pas la possibilité de vous rendre dans cette agence située en Région parisienne, consultez la plateforme noorassur.com, qui fonctionne grâce à la technologie de géolocalisation, et qui vous orientera vers le conseiller banque-assurance le plus proche de chez vous, partout en France !

Nos conseillers banque-assurance Islamique, partout en France, à votre service — http://www.noorassur-financeislamique.com/

Oummé – Community manager NoorAssur