Pourquoi la finance islamique n’a rien à voir avec les extrémistes et les terroristes

Cela faisait déjà un moment que l’on pouvait entendre certaines personnes s’interroger sur la finance islamique, et son rapport avec certains extrémistes religieux, accusant la finance islamique de financer les activités terroristes de ces-derniers. Depuis les attentats de Charlie Hebdo, le débat semble revenir au centre de la place. Que l’on soit #jesuischarlie ou #jenesuispascharlie une chose doit être clair pour tout le monde : La finance islamique n’a rien à voir avec les extrémistes islamistes. Que ce soit autant au niveau de ce que dit le Coran, qu’au niveau du fondement même de la finance islamique, il ne faut pas confondre terroriste et l’Islam, qui est une religion prônant la paix sur Terre.

« Ne semez pas le désordre sur la terre, après que l’ordre y ait été établi »

C’est ce que l’on peut lire dans la sourate 7, verset 56 du Coran : « Ne semez pas le désordre sur la terre, après que l’ordre y ait été établi ». Le Coran stipule clairement que le meurtre même d’une seule personne innocente équivaut au massacre de l’humanité toute entière, car c’est comme ouvrir les vannes qui créent une situation qui échappe à tout contrôle, tandis que sauver une vie équivaut à sauver l’humanité toute entière.

Allâh Ta’ala dit :

« Voilà pourquoi Nous avons édicté cette loi aux fils d’Israël :  Quiconque tue un être humain non convaincu de meurtre ou de sédition sur la Terre est considéré comme le meurtrier de l’humanité tout entière. Quiconque sauve la vie d’un seul être humain est considéré comme ayant sauvé la vie de l’humanité tout entière ! » (Sourate 5 – Verset 32)

Pour résumer, l’Islam rejette et interdit toute forme de violence injustifiée, de rompre la paix, les effusions de sang, le meurtre et le pillage. S’aider les uns et les autres dans la poursuite des bonnes et justes causes et ne coopérer en aucun cas avec ceux qui cherchent à accomplir des péchés ou à opprimer est un principe fondamental de l’Islam.

Allâh Tout-Puissant dit :

« … et entraidez-vous dans la droiture et dans la piété, mais ne vous aidez pas mutuellement dans le péché et la transgression » (Sourate 5 – Verset 2)

Les indications claires données dans le Coran réfutent les propos mensongers de ceux qui accusent de terrorisme une religion comme l’Islam alors que cette dernière ordonne la paix dans le monde. En fait, l’islam est né pour effacer toutes les formes de terrorisme et pour diffuser un message de paix mondiale.

Et Allâh est plus Savant.

La Finance islamique ne finance pas les activités armées

C’est un des fondements de la finance islamique. Le secteur des armes, au même titre que le secteur de l’alcool, du tabac, la filière porcine etc… est considéré comme Haram (Illicite). Il est donc impossible, pour des fonds relevant de la finance islamique, de financer des activités en relation avec les armes, car ces fonds deviendrait alors « Haram » et sortiraient du champ d’application de la finance islamique. Que les choses soient donc bien claires : les activités armées ne sont pas soutenues par la finance islamique (banques islamiques, fonds islamiques etc…) et encore moins lorsqu’il s’agit d’extrémistes religieux, comme lors des attentats de Charlie Hebdo ou du massacre Porte de Vincennes, ces personnes s’étant égaré du véritable chemin de l’Islam, qui est un chemin de Paix. #IslamEtPaix

La finance islamique n’a donc absolument rien à voir avec les activités terroristes ou même quelconque activité armée, même « justifiée ». L’Islam, comme nous l’avons vu plus haut, favorise la paix, et Allâh Tout puissant n’aime pas les faiseurs de trouble : « Car, dès qu’ils te tournent le dos, ils s’empressent de semer le désordre sur la Terre, saccageant récoltes et bétail. Dieu n’aime pas les semeurs de désordre. » (Sourate 1 – verset 205). Un fondement que certains courant, comme le Wahhabisme ou le Salafisme (qui prônent un retour à l’islam radical et littéral de façon intemporelle), semblent avoir oublié ; ces derniers n’hésitant pas à tuer des musulmans (Daesh) et à détruire des mosquées et des sites historiques islamiques, sur le simple fait qu’ils ne sont pas de leur courant. (Ex : La mosquée de Fatima Zahra, la fille du Prophète ; La tombe de `Abdullah ibn `Abd al-Muttalib, le père du Prophète, à Médine ; La première école islamique (Dar al-Arqam) où le Prophète enseigna sa religion. Elle est maintenant sous l’extension de la Mecque ; Tombeau d’Amina bint Wahb, la mère du Prophète, qui fut détruit et brûlé en 1998)

Sources : http://www.sunnisme.comhttp://www.doctrine-malikite.fr/

Merci aux équipe de LaFinanceIslamique.com pour leur aide sur la rédaction de cette article.