La Finance Islamique est une alternative à la Finance Conventionnelle. En effet, cette solution repose sur une série d’obligations et d’interdits, destinés à rendre chaque denier qui lui est confié moralement et socialement éthique, responsable.

Voici ce qui fait de la Finance Islamique l’alternative parfaite pour les Français de confession musulmane désireux de respecter leur foi même à travers leur portemonnaie, mais également pour les non-musulmans qui souhaitent consommer autrement.

La Finance Islamique est une alternative responsable moralement et socialement, tangible, car tournée vers l’économie réelle, participative, solidaire, et surtout éthique, car l’éthique ne connait ni couleur, ni religion.

Concernant les interdictions, en Finance Islamique, chaque centime est soumis à :

  • l’interdiction des intérêts et de l’usure (Ribâ),
  • l’interdiction de l’incertitude des ventes (Maysir)
  • l’interdiction de la spéculation et (Gharar),

Quant aux obligations, il s’agit de :

  • L’obligation du partage équitable des pertes et des profits entre tous (Musharaka)
  • l’obligation l’investissement dans une économie réelle et tangible.

Ajoutons à cela une série de questions à laquelle chaque solution qui se veut halal doit répondre positivement :

  • les termes de la transaction sont-ils respectueux des préceptes de l’Islam ?
  • Est-ce le meilleur investissement pour le client ?
  • L’investissement envisagé produira-t-il de la valeur ajoutée pour le client ? Pour la communauté ? Pour la société au sein duquel le client est actif ?
  • En tant que gestionnaire de fonds, la banque effectuerait-elle la transaction de la même manière qu’elle le ferait si elle agissait pour son propre compte ?

Pour en revenir aux interdictions…

 La Ribâ – L’intérêt et l’usure

L’interdiction de la Ribâ par l’Islam remonte à l’époque où les bailleurs de fonds pratiquaient l’usure sans faire la part des choses entre leurs clients aisés et les plus pauvres. S’ajoute à cela l’obligation pour tout musulman de capitaliser son argent uniquement par l’effort et le travail.

Par ailleurs, le Coran mentionne clairement cette interdiction dans la Sourate II, verset 275 au verset 281  : « Ceux qui se nourrissent de l’usure ne se dresseront au jour du jugement que comme se dresse celui que le Démon a violemment frappé. Il en sera ainsi parce qu’ils disent : la vente est semblable à l’usure. Mais Dieu a permis la vente et il a interdit l’usure. Celui qui renonce au profit de l’usure dès qu’une exhortation de son Seigneur lui parvient gardera ce qu’il a gagné. Son cas relève de Dieu. Mais ceux qui retournent à l’usure seront les hôtes du Feu où ils demeureront immortels. (…) Ô vous qui croyez ! Craignez Dieu ! Renoncez si vous êtes croyants à ce qui vous reste des profits de l’usure. Si vous ne le faites pas, attendez-vous à la guerre de la part de Dieu et de son prophète ».

Le Maysir et Gharar – L’incertitude des ventes et la spéculation

Le terme Maysir signifie « jeu de hasard » et Gharar, « l’incertitude, le hasard ».

Concernant le Maysir, il est mentionné à travers les paroles suivantes dans le Coran – verset 5/90-91 : « Ô, vous qui croyez, l’alcool, le jeu de hasard, les pierres dressées et les flèches divinatoires ne sont qu’impureté, relevant du fait du diable. Préservez-vous-en, afin de réussir. Le diable ne veut, par le biais de l’alcool et du jeu de hasard, que jeter l’inimitié et la haine entre vous, et vous détourner du souvenir de Dieu et de la prière […] »

Concrètement, les gains encaissés par un investisseur, tout comme les pertes pour lesquelles il devra payer ne doivent pas dépendre du prix de l’action qui peut être vendue (par exemple).

Le Gharar quant à lui est évoqué quant à lui dans le Hadith suivant : « Le Prophète a interdit l’achat d’un animal non né dans la matrice de sa mère, la vente du lait dans la mamelle sans mesure, l’achat du butin de guerre avant sa distribution, l’achat des dons de charité avant leur réception, et l’achat de ce qu’a récolté un pêcheur avant sa pêche ».

En ne pratiquant pas le Gharar, la Finance Islamique n’encourt aucun risque de provoquer le conflit ou la tension, élimine toute ambigüité de toute transaction qui devient traçable et transparente.

Français de confession musulmane, respectez ces interdits et obligations !

Découvrez la gamme NoorAssur de solutions Banque & Takafuls 100 % HALAL !

NoorAssur est une start-up française, spécialisée dans la Finance Islamique. Elle a ouvert ses premières agences franchisées en Région parisienne, à Chelles et Melun en Seine-et-Marne : d’autres suivront courant 2016 !

NOORASSUR : 1er réseau de France d’Épargne & Assurance islamique, répond à vos objectifs :

& la gamme NoorAssur de TAKAFULS :

NOORASSUR a confié le contrôle et la certification de sa gamme de solutions Banque & Assurance islamiques à d’éminents savants. Ces Shuyukh sont internationalement reconnus dans le Fiqh al-mu’âmalât, la Finance et le droit français.

Si vous n’avez pas la possibilité de vous rendre dans vos agences NoorAssur, consultez noorassur.com, notre plateforme WEB. Grâce à la géolocalisation, elle vous orientera vers nos conseillers banque-assurance les plus proches de chez vous et cela partout en France.

Prenez rendez-vous : http://www.noorassur-financeislamique.com/